Volet Ananas

 

Le volet ANANAS vise la promotion de la culture de l’ananas. Sa zone d’emprise réunit les deux arrondissements d’Esse et d’Awaé situés dans un rayon de 40 à 200km au Nord Est de Yaoundé au Cameroun. Il s’adresse à toute personne ou groupe de personnes désireuses de créer un champ d’ananas dans le but de produire intensivement, de transformer et de commercialiser les ananas dans les différents marchés. .

Ce volet s’exécute en deux phases. Dans la première phase qui est en cours, 2PI promeut la création des champs semenciers. Il s’agit de petites superficies pouvant accueillir de 10 000 à 20 000 pieds soit 1/3 ou ¼ hectare et qui serviront à générer des rejets de bonne qualité qui seront utilisés dans la phase d’intensification (deuxième phase).

 

La stratégie de mise en œuvre de ce volet consiste à créer une ceinture de champs semenciers autour d’un point qui pourrait servir à terme de centre de regroupement de la production. A partir de ce point, l’intensification se fera en profondeur et de façon progressive, en commençant par les villages voisins.

 Un Fonds d’Appui au Développement de l’Ananas (FADA) est mis en place pour accompagner les promoteurs des champs semenciers au cours de cette première phase. Le fonds supporte l’achat des rejets d’ananas et les frais d’entretien et de suivi technique. Le fonds ne supporte pas les travaux de préparation du sol qui doivent être entrepris par les bénéficiaires des différents promoteurs au cours de la phase.

A terme, le FADA va créer une « banque » des rejets d’ananas dont le « capital » sera constitué par la « rémunération » des rejets investis dans les champs semenciers. En effet, les rejets initiaux achetés par le FADA pour la création des champs semenciers seront rémunérés aux taux de 100% (1 rejet reçu, 2 rejets remboursés). Les rejets remboursés seront ensuite prêtés aux nouveaux entrants dans la filière qui veulent créer de nouveaux champs semenciers.

Après avoir procédé au remboursement des rejets du FADA ou concomitamment, chaque propriétaire de champ semencier aura la possibilité de créer son premier champ de production, étant entendu que lorsqu’un champ semencier est bien entretenu, chaque plant est à mesure de produire au moins trois à quatre rejets. A partir de cet instant, ledit propriétaire devient autonome et est à mesure d’intensifier sa production à volonté.

Quant aux frais d’entretien et de suivi technique payés par le FADA, ils sont remboursés par un prélèvement sur la vente des fruits de la première récolte. En effet, le FADA va assurer les ventes groupées des ananas en présence des promoteurs et ne prélèvera que son investissement tandis que la marge brute reviendra au promoteur. Pour cela, le FADA doit procéder au recensement des différents marchés pour couvrir leurs besoins.

En fonction de l’évolution des besoins de création des champs semenciers, le FADA prévoit d’ouvrir une ligne de crédit auprès d’une banque de Yaoundé en souscrivant une caution bancaire, pour permettre aux acteurs de la filière ananas d’avoir accès au crédit pour faciliter l’acquisition des intrants (engrais et produits vétérinaires).

 

Les informations complémentaires sur le volet Ananas peuvent être obtenues à l’adresse suivante : fermeagropiscicoleessefape@yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×