Le Programme de Production Intégrée

COMPOSANTE AGRICULTURE

VOLET ANANAS

Le volet ANANAS vise la promotion de la culture de l’ananas. Il s’adresse à toute personne ou groupe de personnes désireuses de créer un champ d’ananas.

Ce volet s’exécute en deux phases. Dans la première phase qui est en cours, 2PI promeut la création des champs semenciers. Il s’agit de petites superficies pouvant accueillir de 10 000 à 20 000 pieds et qui serviront à générer des rejets qui seront utilisés dans la phase d’intensification (deuxième phase).

La stratégie de mise en œuvre de ce volet consiste à créer une ceinture de champs semenciers autour d’un point qui pourrait servir à terme de centre de regroupement de la production. A partir de ce point, l’intensification se fera en profondeur et de façon progressive, en commençant par les villages voisins.

 Un Fonds d’Appui au Développement de l’Ananas (FADA) est mis en place pour accompagner les promoteurs des champs semenciers. Le fonds supporte l’achat des rejets d’ananas et les frais d’entretien et de suivi technique. Le fonds ne supporte pas les travaux de préparation du sol qui doivent être entrepris par les bénéficiaires.

A terme, le FADA va créer une « banque » des rejets d’ananas dont le « capital » sera constitué par la « rémunération » des rejets investis dans les champs semenciers. En effet, les rejets initiaux achetés par le FADA pour la création des champs semenciers seront rémunérés aux taux de 100% (1 rejet reçu, 2 rejets remboursés). Les rejets remboursés seront ensuite prêtés aux nouveaux entrants dans la filière qui veulent créer de nouveaux champs semenciers.

Après avoir procédé au remboursement des rejets du FADA ou concomitamment, chaque propriétaire de champ semencier aura la possibilité de créer son premier champ de production, étant entendu que lorsqu’un champ semencier est bien entretenu, chaque plante est à mesure de produire au moins quatre rejets. A partir de cet instant, ledit propriétaire devient autonome et est à mesure d’intensifier sa production à volonté.

Quant aux frais d’entretien et de suivi technique payés par le FADA, ils sont remboursés par un prélèvement sur la vente des fruits de la première récolte.

En fonction de l’évolution des besoins de création des champs semenciers, le FADA prévoit d’ouvrir une ligne de crédit auprès d’une banque de Yaoundé en souscrivant une caution bancaire, pour permettre aux acteurs de la filière ananas d’avoir accès au crédit.

VOLET CULTURES MARAICHERES

Les cultures maraîchères sont effectuées dans et aux abords des bas fonds. L’option stratégique est de cultiver des produits Bio. A cet effet, la fertilisation du sol se fait à l’aide des déchets et déjections de l’élevage, créant ainsi l’interdépendance entre l’agriculture et l’élevage. La pratique de la vermiculure ou toutes autres techniques de fertilisation du sol respectueuses de l’environnement est aussi envisagée.

L’objectif recherché est de vulgariser ces techniques auprès de plusieurs acteurs locaux et de faire de la région d’Esse un bassin de production des cultures maraîchères dans l’optique d’approvisionner la ville de Yaoundé au quotidien.  

COMPOSANTE ELEVAGE

VOLET ELEVAGE PORCIN

Le volet Elevage Porcin vise à intensifier l’élevage des porcs dans la région d’Esse.

La stratégie consiste à produire des reproducteurs et à les mettre à la disposition des éleveurs. Cette mise à disposition s’accompagne aussi par la production de la provende sur place à l’aide des intrants cultivés par les éleveurs eux mêmes (maïs, manioc, soja…).

Ce volet prévoit aussi la fourniture des conseils de conduite de l’élevage et des services et produits vétérinaires.

A court terme, ce volet vise à renverser la tendance actuelle qui consiste à satisfaire tous les besoins en protéines animales par les importations  à partir de la ville de Yaoundé.

A moyen et long terme, 2PI vise à faire de la région d’Esse une exportatrice de la viande de porc vers Yaoundé.

                L’élevage se déroule dans la Ferme Agro Piscicole d’Esse (FAPE).

VOLET PETIT ELEVAGE

Le volet Petit Elevage vise à promouvoir l’élevage de toutes sortes de volailles, petits ruminants, ovins et caprins.

La stratégie consiste à élever des races améliorées et éventuellement à les croiser avec les races locales pour améliorer leur résistance et leur rendement.

L’élevage est de type extensif et est destiné à la production des reproducteurs. L’objectif est de mettre ces reproducteurs à la disposition d’un grand nombre de petits éleveurs ou de ménages pour créer une masse critique de producteurs.

A court terme, ce volet vise à renverser la tendance actuelle qui consiste à satisfaire tous les besoins en protéines animales par les importations  à partir de la ville de Yaoundé.

A moyen et long terme, 2PI vise à faire de la région d’Esse une exportatrice de la viande de porc vers Yaoundé.

                Le petit élevage se déroule dans la Ferme Agro Piscicole d’Esse (FAPE.

VOLET PISCICULTURE

Ce volet concerne les activités d’élevage intensif  des poissons dans des bassins d’eau douce.

La stratégie consiste à mettre en place des infrastructures couvrant le cycle d’activités allant de la production des alevins (écloserie) à la transformation/conservation (chambre froide/fumoir), en passant par la gestion des bassins (étangs).

L’activité concerne toutes les espèces consommées dans la région (tilapias, carpes, clarias...), mais aussi les poissons d’ornement. Il s’agit aussi de mener  des activités connexes telles que la fabrication des aquariums.

Par ailleurs, des activités de formation des pisciculteurs sont développées. L’objectif est de vulgariser la pisciculture dans la région d’Esse et de renverser la tendance actuelle qui consiste à satisfaire tous les besoins en poissons par les importations  à partir de la ville de Yaoundé.

A moyen terme, 2PI envisage de gagner des sparts de marché dans cette ville en approvisionnant les consommateurs en poissons d’eau douce dont la chair est très prisée, comparativement au poisson de mer congelé.

La pisciculture se déroule dans la Ferme Agro Piscicole d’Esse (FAPE).

VOLET APICULTURE

Le volet Apiculture vise à expérimenter la production du miel et de ses produits dérivés dans la région d’Esse.

La stratégie consiste à créer un atelier de production des ruches qui sont mises à la disposition des acteurs intéressés par cette activité.

Par ailleurs, un rucher pilote est crée pour servir de modèle pour les futurs apiculteurs et de cadre de formation.

A terme, ce volet vise à créer un label à travers la production et l’emballage d’un miel au gout spécifique à la région d’Esse pour l’écouler sur le marché proche de la ville de Yaoundé.

                Le rucher pilote  se trouve dans la Ferme Agro Piscicole d’Esse (FAPE).

 

LA COMPOSANTE TRANSFORMATION/CONSERVATION

VOLET PETITES TRANSFORMATIONS

Ce volet vise la transformation ou la conservation sur place des produits issus de l’agriculture, de l’élevage, de la pisciculture, de l’apiculture de même que les produits forestiers ligneux et non ligneux. L’objectif recherché est de leur donner plus de valeur et de créer des revenus et des emplois localement.

La stratégie consiste 

à créer des unités de transformation en commençant par celles qui favorisent l’intégration des systèmes de production à l’exemple d’une unité de fabrication des aliments pour bétail à base des produits agricoles tels que le maïs, le manioc et le soja.

VOLET INDUSTRIALISATION

En prévision d’une intensification des activités de production structurées selon l’approche globale, 2PI prévoit la création des unités industrielles pour absorber l’offre grandissante en produits agricoles, d’élevage et autres.  L’objectif visé est de leur donner plus de valeur et de créer des revenus et des emplois localement.

LES VOLETS TRANSVERSAUX

LA FORMATION

Le volet formation vise à permettre aux acteurs locaux d’être formés sur le site de la Ferme Agro Piscicole d’Esse ou tout autre site de production intégrée, pour qu’ils s’approprient les nouvelles techniques et méthodes qui les motiveront à agir par la mise en ouvre de nouvelles  initiatives, créant ainsi un effet boule de neige.

Deux catégories d’acteurs sont visées :

  1. les producteurs actuellement actifs dans les villages et qui ont des prédispositions à changer leurs pratiques et méthodes;
  2. les diplômés de l’enseignement secondaire et universitaire qui recevront une formation qui les destine à être les vecteurs du changement dans leurs communautés de base. Pour cette dernière catégorie, la formation sera plus approfondie. Leur rôle sera d’appuyer voire de prolonger les actions des acteurs villageois avec une plus large ouverture d’esprit. 2PI leur offre de ce fait une opportunité d’auto emploi.

 

LE VOLET EDUCATION

Le volet éducation prévoit que les enfants soient pris en charge à l’âge d’aller à l’école (jardin d’enfants) et qu’il leur soit donné une éducation de base alternative orientée vers la mise en valeur des ressources disponibles dans leur environnement.

 

Des écoles immergées dans cet environnement et ayant des contenus de formations révisés en conséquence leurs permettront de grandir en se posant perpétuellement des questions sur les problèmes qui leurs sont familiers, ce qui leur permettra d’envisager les solutions qui sont appropriées. Cette révision des contenus de formation se fera progressivement, de l’école maternelle à l’université, en passant par les cycles primaire et secondaire. 

Dans le domaine agricole par exemple, des collèges et lycées agricoles devraient progressivement être ouverts pour accueillir les élèves après le cycle primaire. Une université agricole au moins devrait être ouverte dans la région pour accueillir les diplômés des lycées agricoles. Les diplômés universitaires devraient trouver de l’emploi dans les fermes et industries de transformation locales et perpétuer le mouvement de transformation de la société.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site