Appel à contributions pour une étude stratégique visant à définir des alternatives aux modes actuels d’organisation de l’économie rurale : Le cas de la zone rurale d’Esse dans la R

Introduction

 Le Programme Intégré de Production (2PI) de la Ferme Agro Piscicole d’Esse fait un appel à contributions pour une étude prospective devant aboutir à la définition des stratégies de développement alternatives aux modes actuels d’organisation de l’économie rurale. L’étude s’applique à la zone rurale d’Esse au Nord Est de la Région du Centre Cameroun en Afrique Centrale. La zone couvre un rayon de 150 km et compte une population d’environ 25 000 habitants.

 Il s’agit de définir la structuration d’un corps d'actions cohérentes et des stratégies de mise en œuvre dont l'objectif serait, à court, moyen et long terme, de promouvoir un développement durable de la zone rurale d’Esse.

 L’étude devrait identifier les actions qu’elle jugera pertinentes et faire ressortir leurs résultats à court terme (1 à 29 ans) sous forme de  produits palpables (grandes plantations, fermes de production, industries de transformation, écoles, collèges, lycées et universités agricoles, …), ainsi que les effets attendus à moyen terme (30 à 49 ans) tel que la généralisation dans d’autres secteurs de l’industrialisation qui aura commencé dans le secteur agricole, du fait de l’accroissement des besoins nécessitant la création de nouvelles richesses. Elle devrait enfin ressortir l’impact de ces actions sur le développement de la région au-delà de 50 ans sous la forme de véritables transformations socio économiques.

 L’étude doit prendre en compte les facteurs déterminants de l’environnement, notamment la présence de vastes étendues de terre, des ressources forestières, d’une hydraulique abondante comportant de nombreux bas fonds. Elle analysera les opportunités qu’offre la proximité de la ville de Yaoundé, capitale de la République du Cameroun.

 L’étude considèrera les activités d’agriculture et d’élevage comme les véritables déterminants du développement de la région. Elle analysera les limites et contraintes au développement de ces activités en s’intéressant notamment aux systèmes et méthodes de production.

Elle considèrera aussi l’incidence des facteurs historiques sur le mode de fonctionnement actuel de l’économie. Elle analysera notamment l’existence ou non d’un lien entre ces facteurs historiques et les contenus de formation enseignés dans les écoles et, entre ces contenus de formation et l’organisation des activités de production.

Les stratégies proposées devront être des alternatives aux modes actuels d’organisation des activités de production en définissant le niveau minimal desdites activités susceptible de déclencher un véritable développement rural. L’étude analysera par conséquent tous les secteurs de la vie économique et sociale de la zone d’étude et proposera une approche organisationnelle intégrant tous les corps d’activités nécessaires au développement rural.

L’étude proposera enfin une stratégie de mise en œuvre privilégiant une démarche à petits pas, commençant par de initiatives pilotes qui pourraient provoquer un effet tâche d’huile, lequel pourrait conduire à la généralisation de nouveaux modes d’organisation.

L’étude devrait réfléchir à une stratégie de formation devant permettre aux acteurs locaux d’être formés sur les sites pilotes pour faciliter la création d’autres sites de production; l’étude considèrera deux catégories de personnes que la formation  pourrait viser: d’une part, les producteurs actuellement acteurs dans les villages qui ont des prédispositions au changement des méthodes; d’autre part, les diplômés de l’enseignement secondaire et universitaire originaires de la zone d’étude qui devraient recevoir une formation qui les destine à être les vecteurs du changement dans leurs communautés de base. Pour cette dernière catégorie, l’étude devrait proposer un contenu de formation  qui pourrait être varié tout en approfondissement les thèmes. Elle devrait en plus examiner la possibilité d’assigner à cette catégorie qui a une plus large ouverture d’esprit, un véritable rôle d’agents de changement auprès des acteurs villageois. Elle devrait enfin mesurer la portée d’une telle démarche au regard des  opportunités d’auto emploi qu’elle offre aux jeunes diplômés.

 La stratégie de mise en œuvre du volet formation que l’étude proposera devra démontrer que des acteurs de changement formés sur les sites pilotes, s’approprient les nouvelles techniques et méthodes et, motivés, peuvent agir en mettant en ouvre de nouvelles  initiatives, créant ainsi un effet boule de neige.

  L’étude devrait réfléchir sur une stratégie d’essaimage devant permettre aux personnes formées de s’installer facilement et de bénéficier des appuis nécessaires au développement des nouveaux sites, suivie d’une stratégie de fédération des initiatives devant permettre de créer une synergie entre les différents sites pour  rechercher les économies d’échelle (commandes groupées, formations groupées…).

 L’étude devrait définir une stratégie de communication pendant la mise en œuvre des actions identifiées, prévoyant la sensibilisation de toutes les couches de la société et de tous les intervenants dans la zone d’étude (Etat, mairies, églises, société civile, autorités traditionnelles…).

 L’étude devrait aussi définir une stratégie de partenariat sur le modèle de l’entonnoir. Il s’agit d’orienter l’implication des organismes de développement et de financement tant nationaux, internationaux, bilatéraux que multilatéraux vers l’atteinte du seul objectif de transformation socio économique.

 L’étude devrait enfin définir une stratégie de l’éducation misant sur une nouvelle génération. Il s’agit de prévoir que les enfants de la zone d’étude soient pris en charge à l’âge d’aller à l’école (2-3-4-5 ans) et qu’il leur soit donné une éducation de base alternative orientée vers les nouveaux métiers de l’économie rurale (agriculture, élevage..).

 L’étude devra considérer le rôle des sites pilotes de production dans la mise en œuvre de cette stratégie. Il s’agit notamment de prévoir l’installation des écoles dans lesdits sites pour permettre aux enfants de grandir dans l’environnement où l’agriculture, l’élevage et les autres secteurs de l’économie rurale sont des préoccupations quotidiennes. Cette orientation des contenus de formation vers les préoccupations du milieu immédiat devrait se généraliser dans les cycles secondaire et universitaire au fur et à mesure que la nouvelle génération grandit. L’étude considèrera par conséquent l’effet induit de ce modèle d’éducation sur l’organisation future de l’économie rurale. Elle analysera notamment le lien entre le développement des activités de production en milieu rural et la résorption du chômage du fait de l’adéquation entre les enseignements reçus et les besoins de l’économie rurale. Elle déterminera en prospective l’impact d’une telle éducation sur la transformation de l’économie rurale à l’horizon de 50 ans et plus.

 L’étude devrait aussi examiner les autres atouts de la région, notamment les possibilités de développement immobilier (proximité de la ville de Yaoundé) et de développement du tourisme écologique.

 L’étude proposera enfin une démarche de mise en œuvre des stratégies proposées en définissant les structures nécessaires à son opérationnalisation.

 Cette étude est multidisciplinaire et se veut permanente. Elle a l’ambition de confronter les thèses au fil du temps. Les contributions attendues sont essentiellement scientifiques et gratuites.

 Les personnes physiques et morales qui peuvent participer à l’étude sont :

  •  Les institutions universitaires
  • Les instituts ou organismes de formation
  • Les centres de recherches
  • Les chercheurs individuels
  • Les étudiants.

 Un essai de structuration de l'étude se trouve en annexe. Il doit être considéré comme une contribution au même titre que celles qui sont attendues. Il n'est par conséquent pas un cadrage figé de l'étude.

Les premières contributions seront orientées vers la création du Comité Scientifique de l’étude, dont l’objectif sera d’en définir des termes de références clairs et les modalités d’organisation.

Les intentions de contribution doivent être envoyées à l’adresse suivante : fermeagropiscicoleessefape@yahoo.fr

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site