Les villes n’ont pas l’exclusivité des privilèges

Souvent qualifiées de « brousses », les zones rurales n'occupent pas une place de choix dans les politiques gouvernementales en Afrique. Généralement dépourvues de tout le confort moderne, tel que l'électricité, l'eau, les magasins et les cinémas, ces zones sont abandonnées à elles-mêmes. Les politiques gouvernementales n'encouragent pas ces zones à sortir de leur léthargie profonde. Elles sont conçues pour servir les intérêts urbains. Les politiques de développement mises en place visent le plus souvent à développer les villes et non les campagnes.
Les mentalités n'ont pas manqué de s'adapter aux orientations initiées par les politiques, au point où, pour un fonctionnaire, servir un temps à la campagne est presque considéré comme une punition ou un exil qu'il faut expédier le plus vite possible. Ce qui ne dote pas ces zones d'un personnel compétent capable de l'aider à sortir de son isolement. Au Cameroun, comme dans bon nombre de pays africains, une accumulation importante des richesses n'est possible que dans les zones urbaines. Les villes ont fini par concentrer l'ambition et la concurrence. Vivre en ville confère plus de notoriété et respect que vivre au village. Ce qui vide constamment ces zones de l'importante main d'œuvre dont elles peuvent disposer. Le niveau plus élevé de revenus et la qualité meilleure des services offerts par les villes ont attiré comme un aimant les jeunes et les pauvres des campagnes. La population urbaine en Afrique et au Cameroun en particulier s'accroit chaque année à un rythme effréné or, plus la proportion de la population urbaine est importante, plus il devient difficile, sur le plan politique, de faire pencher la balance en faveur des zones rurales et des agriculteurs.
L'accroissement de la densité de la population urbaine a exposé les villes aux nouvelles contraintes et aux nouveaux besoins. Les gouvernements, pour répondre aux besoins alimentaires des populations urbaines ont adopté la solution de l'importation. Ce qui a contribué à renforcer l'isolement des zones rurales et à réduire le niveau de revenus des agriculteurs ruraux. Le faible coût des denrées alimentaires importées et leur production abondante n'ont pas amélioré la consommation en denrées locales. Les agriculteurs ont vu leurs produits rétrogradés au second rang. Les importations étant essentiellement constituées de riz, de blé, de poissons congelés et de produits manufacturés, beaucoup de consommateurs citadins en sont venus, par goût et pour des raisons pratiques, à les préférer aux produits locaux, de telle sorte que la demande en aliments de base locaux s'en est trouvée diminuée. Cette place indispensable accordée aux importations a anéanti tout esprit de compétitivité et a éloigné toute ouverture à l'exportation. Ce qui fait que jusqu'à ce jour, le rural continue de naviguer à vue en ne pratiquant qu'une agriculture de subsistance qui n'améliore en aucun cas son cadre de vie et sa situation. Cette navigation à vue le pousse à croire que bien vivre, c'est aller vivre en ville.
C'est en prenant conscience de toutes ces réalités que la FAPE (Ferme Agro Piscicole d'Esse) a pris la ferme résolution d'impulser le développement à partir de la campagne. Sa démarche consiste à penser des solutions aux problèmes, en prenant en considération les réalités sociales et économiques de la vie paysanne, notamment les difficultés que rencontre le rural dans son milieu. Il s'agit entre autres de créer un environnement qui allie l'utile (productions agricoles, piscicoles et d'élevage) et l'agréable (centre d'attractions diverses) au sein de la ville d'Esse.

Les projets que nous menons ont pour ambition de susciter l'envie et le besoin au sein des populations environnantes. Cette envie et ce besoin amèneront les uns et les autres à prendre conscience que le développement est possible s'il est abordé de façon bien structurée et en commun pour créer une masse critique de développement. C'est pourquoi à un moment donné, la participation des acteurs ruraux dans le prolongement des activités de la FAPE sera nécessaire.

En effet, notre démarche que nous appelons « Démarche DIA » consiste :

1 - d'abord à Démontrer que certaines techniques et méthodes de production et d'organisation sont possibles dans l'environnement rural.
2 - ensuite à susciter l'Intérêt des personnes qui vivent dans cet environnement
3 - enfin à déclencher l'Action par lesdites personnes.

La démarche DIA est bâtie selon le schéma de l'apprentissage des adultes (andragogie) résumé par le proverbe Beti « Akeng mis asiki ayeh » et qui peut se traduire par « L'apprentissage par la vue n'est pas difficile ».

Cette démarche s'appui aussi sur l'adage populaire qui dit que « pas d'intérêt, pas d'action ». Le paysan applique autant bien cet adage car chaque action qu'il pose doit contribuer directement à la résolution des problèmes de survie auxquels il est confronté.

Au sein de la FAPE, nous en sommes à la phase démonstrative de la Démarche DIA. Le Programme de Production Intégré (2PI), le Programmes d'Etudes et Recherche (PER) et le volet tourisme et restauration ont tous pour ambition d'apporter l'innovation technologique et d'améliorer le cadre dans lequel se déploie le rural.

Nous voulons créer un cadre favorisant la recherches appliquées pour attirer les institutions spécialisées dans ce domaine et qui s'intéressent à ce que nous faisons et à ce qui se fait dans le monde rural. Ces programmes se donnent également pour objectif d'apporter le confort moderne et tout ce qu'on est en droit d'envier au milieu citadin.

Pour contribuer au développement à long terme de l'Afrique en général et du Cameroun en particulier, les projets de la FAPE intègrent les préoccupations du développement durable.

Les activités de la Ferme s'inscrivent par conséquent dans le long terme. Notre souci n'est pas tellement d'aboutir à des résultats visibles tout de suite. Nous voulons progressivement amener les populations cibles à comprendre que se développer demande beaucoup d'organisation, d'efforts et de sacrifices.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site